Focus sur le développement de la petite enfance

Laâyoune – Une rencontre organisée vendredi à Laâyoune a insisté sur l’importance de la sensibilisation de l’ensemble des acteurs locaux et régionaux pour le développement de la petite enfance en vue de contribuer à la réduction des disparités économiques, sociales et territoriales.

Au cours de cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre de la campagne nationale d’information et de sensibilisation sur le développement de la petite enfance, organisée du 21 octobre au 04 novembre, l’accent a été mis en particulier sur l’investissement dans le domaine de la santé, en tant que levier essentiel de promotion du capital humain.

Ouvrant cette réunion, le wali de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, Abdeslam Bekrate a indiqué que cette campagne s’inscrit en droite ligne de la troisième phase de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) qui a jeté les bases d’une nouvelle philosophie du développement du capital humain, faisant remarquer que les première et deuxième phases de ce grand chantier national avaient pour ambition de combler le déficit dans plusieurs domaines, notamment en matière d’enseignement, de santé, d’eau, d’infrastructures et de centres de protection sociale.

Après avoir souligné les résultats « honorables » enregistrés durant cette période, il a relevé que l’évaluation de ces deux phases a fait apparaître l’importance d’accorder l’attention nécessaire à la promotion du capital humain, notamment la petite enfance.

« La priorité des priorités est l’enfant marocain », a affirmé le wali, rappelant dans ce sens les hautes orientations royales contenues dans le message adressé par SM le Roi Mohammed VI aux participants aux premières Assises nationales du développement humain, organisées en septembre dernier à Skhirat

M. Bekrate a ajouté que la petite enfance constitue une étape essentielle dans le façonnement de la personnalité du citoyen de demain et des générations montantes, ce qui implique de concentrer les efforts sur les domaines clés de la nutrition, de la santé et de l’enseignement préscolaire, en vue de permettre au citoyen de relever les défis de demain « dans un monde mondialisé », invitant tous les acteurs à unir leurs efforts et à se mobiliser pour réussir ce grand chantier royal.

Le chef de la division de l’action sociale a relevé que la troisième phase de l’INDH vise à combler le retard en matière de développement humain en accompagnant le citoyen durant toutes les étapes de sa croissance.

Il a noté dans ce sens que le développement de la petite enfance passe par un suivi médical régulier, une alimentation saine et équilibrée et un enseignement préscolaire de qualité, pour assurer une croissance de l’enfant et son ouverture sur le monde.