Plaidoyer pour un engagement  envers la petite enfance

Boujdour – Les participants à une demi-journée, tenue jeudi au siège de la province de Boujdour, ont plaidé pour un engagement plus ferme en faveur du développement de la petite enfance.

Initiée par le comité provincial de développement humain (CPDH) de Boujdour, cette rencontre fait partie de la compagne nationale d’information et de sensibilisation sur le développement de la petite enfance organisée du 21 octobre au 04 novembre.

Intervenant lors de cet événement, le gouverneur de la province de Boujdour, Brahim Benbrahim, a souligné que la tenue de cette demi-journée sous le thème « Ce qu’ils seront dans 20 ans, se construit dès maintenant » intervient également en application des Hautes orientations royales contenues dans le message adressé par SM le Roi Mohammed VI aux participants aux premières Assises nationales du développement humain, organisées en septembre dernier à Skhirat.

Elle vise l’information et la sensibilisation en premier lieu des acteurs provinciaux concernés et de toutes les forces vives de la société civile locale à l’importance que revêt le développement de la petite enfance, a-t-il fait observer.

M. Benbrahim a en outre relevé que le développement de la petite enfance entre dans le cadre de la concrétisation du programme d’impulsion du capital humain des générations montantes de la troisième phase de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

En plus de jouer un rôle de catalyseur grâce au suivi et à la définition des priorités, l’INDH poursuit sa mission de fédérateur en unissant les efforts de toutes les parties concernées pour trouver des solutions efficaces aux différents problèmes, en plus de son rôle de mobilisateur d’autant d’acteurs que possible pour contribuer au développement de la petite enfance, a-t-il expliqué.

Dans un exposé, le chef de division de l’action sociale (DAS) de la province a rappelé l’importance de la petite enfance en tant qu’étape cruciale et décisive de la croissance et du développement de l’individu.

Le développement de la petite enfance constitue un moyen efficace de remédier aux inégalités économiques, sociales et spatiales, a-t-il indiqué, jugeant nécessaire d’améliorer l’accès des enfants aux soins de santé adéquats et à une nutrition équilibrée.

Des études scientifiques ont à cet égard démontré que les investissements dans le développement du capital humain à un âge précoce sont de 1,5 à 5 fois rentables qu’à un autre étape de la vie, a noté le responsable.

De son côté, le délégué provincial par intérim de la Santé a mis en exergue les grandes avancées réalisées en matière de santé de la mère et de l’enfant ces dernières années, à travers les programmes visant la généralisation de la vaccination contre les maladies des enfants, l’amélioration de leur nutrition et la réduction des taux de mortalité maternelle et infantile.

Pour sa part, le directeur provincial de l’Education nationale a souligné les efforts visant la généralisation d’un enseignement préscolaire de qualité, un levier décisif au développement de la petite enfance, à la promotion du capital humain, à l’émergence de nouvelles générations capables de relever les défis de demain.

Dans le cadre de cette campagne d’information et de sensibilisation sur le développement de la petite enfance au niveau de la province de Boujdour, des visites de terrain sont programmés afin de suivre les réalisations et les chantiers de l’INDH en relation avec cette question.

Il s’agit notamment d’une unité préscolaire financée dans le cadre des activités génératrices de revenus et d’une deuxième réalisée récemment dans l’école Hassan II dans le cadre du programme de l’impulsion du capital humain des générations montantes.