SIEL: l’effort commun pour la promotion de la culture hassanie

Casablanca – Des intervenants ont passé en revue, mardi à Casablanca, lors d’un séminaire organisé par l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud du Royaume (ADPS), l’effort conjoint pour promouvoir et préserver la culture hassanie et les moyens d’assurer sa contribution au développement.

Les participants qui représentent l’Agence, les trois régions du Sahara, le ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports et le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) ont évoqué, lors de ce séminaire tenu dans le cadre du Salon international de l’édition et du livre (SIEL), les bases de la promotion de la culture hassanie, comme l’un des piliers de l’identité marocaine, notamment la Constitution du Royaume et le discours royal prononcé à l’occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse marche verte, au cours duquel Sa Majesté a affirmé que « et compte tenu de la place particulière qu’occupe la culture Hassanie dans la conscience collective des fils du Sahara, nous nous employons à renforcer les mécanismes de préservation et de sensibilisation en faveur du patrimoine sahraoui ».

La rencontre a offert un espace de discussion entre toutes les parties concernées, y compris les trois régions du Sahara, le CNDH et l’ADPS, a déclaré à la MAP le directeur de l’Agence, Jabrane Reklaoui.

Le séminaire a été aussi l’occasion de passer en revue les acquis réalisés dans le cadre du modèle de développement des provinces du Sud, lancé par Sa Majesté le Roi à l’occasion du 40ème anniversaire de la Marche verte en 2015, d’examiner les moyens de renforcer l’intégration et la coordination entre tous les acteurs pour créer une industrie culturelle hassanie et encourager le tourisme dans la région et de mettre en lumière les énergies et les créateurs dans toutes les expressions de la culture hassanie, a précisé M. Reklaoui.

Pour sa part, le président de la Commission régionale des droits de l’Homme de Laâyoune-Sakia-El Hamra, relevant de la CNDH, Taoufik Berdiji, a souligné, dans son intervention, que le travail de la Commission vise principalement à enrichir le dialogue sur les droits humains dans la région, notamment les droits culturels, en mettant en exergue les initiatives prises par le Commission pour enrichir ce dialogue et protéger le patrimoine culturel hassani. Dans ce sillage, il s’est arrêté sur la création d’un musée ethnographique, la publication d’un livre sur l’ontologie de la musique hassanie et la traduction de livres internationaux dans la langue hassanie, ainsi que le soutien du théâtre hassani, considérant que ce qui est nécessaire aujourd’hui est de développer une politique unifiée qui permet de passer du simple inventaire et maintien du patrimoine hassani à faire de ce dernier un mécanisme de développement, puisque « la culture n’est pas un luxe mais une locomotive pour le développement et la création d’emplois ».

De leur côté, MM. Lahcen Chorfi, directeur régional de la culture à Laâyoune-Sakia El Hamr, et Mamoun El Boukhari, directeur régional de la culture à Dakhla-Oued Eddahab, ont mis en avant les projets lancés dans les deux régions en matière de promotion de la culture et du patrimoine hassani, conformément aux Hautes orientations de Sa Majesté le Roi.

A cet égard, les deux intervenants ont passé en revue le bilan du programme d’animation culturelle et artistique, qui a connu un saut qualitatif en 2019, ainsi que le bilan du programme de promotion de la musique hassanie, que ce soit à travers son recensement ou l’enregistrement de plusieurs albums de ce genre musical, ainsi que le recensement et l’inscription des sites archéologiques du patrimoine national, outre le recensement du patrimoine immatériel Hassani, qui a atteint les dernières étapes.

De leur côté, les représentants des régions du Sahara dans cette rencontre, à savoir Ali Babaha, représentant de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Taleb Bouya de la région de Laâyoune Sakia El-Hamra et Latifa El Wahdani de la région de Guelmim-Oued Noun, ont mis en avant la Haute volonté Royale pour la promotion de la culture et du patrimoine hassanis, en exposant les projets réalisés au niveau de ces régions dans le cadre de la mise en œuvre des accords signés sous la présidence de Sa Majesté le Roi en novembre 2015 à l’occasion du lancement du nouveau modèle de développement des provinces du Sud.

Les représentants des trois régions ont également mis l’accent sur les efforts fournis, au niveau de ces provinces en partenariat avec les départements ministériels et les établissements publics concernés, y compris la construction d’infrastructures culturelles, le renforcement des activités culturelles et artistiques, la promotion de la musique hassanie et le recensement des sites archéologiques de la région et le patrimoine oral.

Les intervenants ont appelé à la création d’un comité scientifique conjoint entre les régions et les départements concernés pour assurer le suivi du bilan des travaux réalisés et étudier les moyens pour surmonter les obstacles qui pourront être rencontrés, et au lancement d’un mécanisme entre les régions pour coordonner et garantir la continuité de ses actions au profit de la préservation du patrimoine hassani, ainsi que l’organisation des campagnes de sensibilisation sur la nécessité de protéger ce patrimoine.

Pour sa part, Addo Sheikh Maa Alainine de l’ADPS a indiqué que l’agence a accumulé une expérience importante dans la promotion et la préservation du patrimoine hassani, appelant à réfléchir collectivement en vue de préparer un colloque national sur la culture hassanie, afin de mettre le point sur les acquis et de lancer de nouvelles initiatives permettant d’impulser l’héritage Hassani comme levier de l’identité marocaine, et aussi pour le renforcement de la communication et de l’ouverture à la dimension africaine.

Ont pris part à cette réunion notamment le secrétaire général du CNDH, Mounir Bensaleh et le secrétaire général du ministère de la culture, de la jeunesse et des sports, ainsi que des écrivains et des acteurs associatifs des provinces du Sud du Royaume.

L’Agence de développement des provinces du Sud est un établissement chargé d’étudier et de proposer des stratégies de développement et de chercher des ressources financières pour financer et réaliser des projets ayant un impact direct aux niveaux économique et social aux provinces du Sud.

Créée en 2002 après la visite Royale à Lâayoune, l’agence a pour objectifs la lutte contre l’habitat indécent, le développement des villes de pêche, le renforcement des infrastructures et le soutien des projets sociaux et de proximité.