Clôture à Laâyoune des 4èmes Rencontres franco-marocaines dans les provinces du Sud

Laâyoune – Les travaux de la 4ème édition des Rencontres franco-marocaines sur les actions de développement à l’œuvre dans les provinces du Sud et les multiples potentialités qu’elles recèlent, se sont clôturés samedi à Laâyoune.

Initiées sous le thème « sortir de l’ambiguïté » par la Fondation France-Maroc Paix et Développement Durable, en partenariat avec l’Association Ribat Al Fath, ces rencontres tenues à Guelmim, Tan-Tan, Es-Semara et à Laâyoune, ont porté sur les programmes de développement humain durable dans les domaines économique, scientifique, culturel, touristique et urbanistique.

S’exprimant lors de la cérémonie de clôture de cet évènement, le wali de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Abdeslam Bekrate, a souligné l’importance de ces rencontres dans la consolidation des relations économiques, culturelles et humaines bilatérales, tout en saluant l’engagement de la Fondation France-Maroc Paix et Développement Durable en faveur de la question de l’intégrité territoriale du Royaume.

Le wali a rappelé les évolutions qu’a connues le dossier du Sahara marocain ces dernières années, citant la reconnaissance des Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, le changement positif de positions de certains alliés du Royaume, comme l’Espagne et l’Allemagne, sur cette question, en plus de l’ouverture de plusieurs consulats généraux des pays amis à Laâyoune et à Dakhla.

M. Bekrate a également passé en revue les progrès socio-économiques et les chantiers d’envergure réalisés depuis le lancement par SM le Roi Mohammed VI en 2015 du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, ajoutant que ce modèle a permis d’améliorer sensiblement les indicateurs du développement humain et des conditions de vie de la population de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

Dans une allocution lue en son nom, le président du Conseil régional de Laâyoune-Sakia El Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, a relevé que ce modèle vise notamment à impulser une dynamique de développement tous azimuts, à travers une série de projets structurants, à créer un climat des affaires propice capable de drainer des investissements étrangers, en plus de promouvoir l’auto-emploi et l’entrepreneuriat.

L’objectif, a-t-il poursuivi, est de faire de Laâyoune-Sakia El Hamra un pôle économique national incontournable et une passerelle des échanges entre l’Europe et l’Afrique Subsaharienne.

Pour sa part, le président de la Fondation France-Maroc Paix et Développement Durable, Hubert Seillan, a affirmé que le Sahara est marocain par l’Histoire et la géographie, ajoutant que la marocanité du Sahara est « la condition pour la paix et le développement ».

De son côté, le président de l’Association Ribat Al Fath, Abdelkrim Bennani, a relevé que Laâyoune est la dernière étape du « périple » de ces rencontres franco-marocaines qui ont débuté à Guelmim en passant par Tan-Tan et Es-Semara, saluant les membres de la Fondation France-Maroc Paix et Développement Durable pour leur ferme soutien sans ambiguïté à la marocanité du Sahara et au processus de développement dans le Royaume, notamment « dans cette conjoncture un peu particulière ».

Cette visite, qui a été « un succès », a permis à la délégation française de découvrir les énormes atouts dont disposent les provinces du Sud et les opportunités d’investissement dans plusieurs secteurs stratégiques, a fait remarquer M. Bennani.

La séance de clôture de la 4ème édition des rencontres franco-marocaines sur les actions de développement à l’œuvre dans les provinces du Sud a été marquée par la présence des membres du corps diplomatique accrédités à Laâyoune, des élus et responsables locaux, en plus d’opérateurs économiques et représentants des établissements publics et instances professionnelles.

Articulés autour de questions économiques, culturelles et agricoles, ces rencontres ont permis de découvrir les programmes de développement urbanistiques, industriels et touristiques, ainsi que les réalisations extraordinaires que connaissent les régions du Sud du Royaume qui, autrefois désertiques, sont devenues « aujourd’hui, et depuis trois décennies, un espace de vie, de production, d’innovation et d’affirmation de leur appartenance à la mère-patrie ».

Une pléiade d’experts, d’universitaires, d’élus et d’acteurs économiques et institutionnels marocains et français ont pris part à cette édition pour apporter leur éclairage et leur soutien fort et éloquent à l’effort consenti dans ces régions par l’État marocain, ainsi que leur savoir-faire pour améliorer le rendement dans certains secteurs et les possibilités d’investissement.