Débat sur la femme et le modèle de développement

Laâyoune – Les participants à une rencontre, organisée vendredi à Laâyoune, sur « la femme et les défis du nouveau modèle de développement », ont insisté sur la promotion de la condition de la femme sur les plans politique, économique et social pour garantir les chances de succès à ce chantier.

Les militantes de la cause féminine, qui ont animé ce débat initié par le « Forum de la femme sahraouie: Développement et démocratie » et qui a connu la présence d’acteurs associatifs de toutes les régions du Royaume, ont mis l’accent sur l’importance de bannir toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et de bâtir un système d’enseignement et de formation fort et moderne à même de valoriser la place de la femme dans la société et dans le développement économique et social du pays.

Un appel a été également lancé par ces militantes pour le renforcement des capacités de la femme élue et celle active dans le milieu associatif, notamment en ce qui concerne l’arsenal juridique des mécanismes de gestion, de suivi et d’évaluation des politiques territoriales ainsi que pour la mise en valeur des expériences réussies et la création d’un Prix national des instances d’équité les plus dynamiques.

Les participants à cette réunion ont aussi plaidé pour la mise sur pied d’un Observatoire régional de l’économie social et solidaire qui s’intéresse aux coopératives féminines dans tous les secteurs, la généralisation de l’expérience du marché solidaire à Casablanca, l’encouragement des coopératives féminines pour la création d’unités industrielles de valorisation des produits de la pêche ainsi qu’un grand soutien à ces coopératives pour leur permettre d’écouler leurs produits sur les marchés.

La présidente du forum, Fatema Ghalia Layli, a indiqué que cette rencontre est venue jeter la lumière sur l’un des importants mécanismes de réforme pour l’édification d’un nouveau modèle de développement au Maroc et qui renforce la participation des femmes dans le développement économique, politique et social du Royaume.

Elle a ajouté que cette rencontre, qui deviendra un rendez-vous annuel, constitue une occasion et une étape essentielle pour l’élaboration de projets à même de contribuer à mettre en avant le rôle et la place de la femme dans la société et une tribune pour un débat ouvert entre tous les acteurs sur les différentes questions intéressant la femme marocaine.

Selon Mme Layli, l’engagement moral ne suffit pas pour promouvoir la condition de la femme s’il n’est pas accompagné d’efforts réels et sincères pour la mise en oeuvre de l’arsenal des lois et législations dont dispose le Royaume ainsi que pour la promulgation, si nécessaire, d’autres lois pour créer un environnement approprié qui encourage l’implication des femmes dans les efforts de développement.

De son côté, Mme Nouzha Skalli, ancienne ministre, a relevé que la rencontre constitue une étape essentielle pour poser un ensemble de problématiques dont la contribution de la femme à l’élaboration du nouveau modèle de développement en mettant l’accent sur la relation entre l’égalité des sexes et le développement durable.

Les autres intervenants ont souligné la place prépondérante qu’occupe désormais la femme dans tous les segments de la société et les acquis qu’elle a réalisés durant les dernières décennies dans les domaines de la santé, de l’enseignement, de l’emploi et du statut personnel.

Ils ont considéré que cette rencontre, qui a été marquée par la présence du secrétaire général de la wilaya de la région de Laâyoune-Sakia Hamra, Ibrahim Boutmilate, et des responsables au Maroc de l’Institut Républicain International (IRI), constitue une étape pour la célébration de la Journée nationale de la femme marocaine.

Les débats étaient axés sur plusieurs axes dont « les instances d’équité et d’égalité des chances et les approches genre, entre la pratique et les défis », « le rôle social et économique des coopératives féminines dans la région de Laâyoune-Sakia Hamra dans le domaine maritime: réalité et perspectives » et « l’évolution du rôle de la femme sahraouie dans le domaine politique entre le présent et l’avenir »