Eau potable: 1,5 MMDH pour les projets du programme prioritaire national

Une enveloppe budgétaire de l’ordre de 1,5 milliard de dirhams (MMDH) sera consacrée à la réalisation de plusieurs projets dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra au titre du programme prioritaire national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020–2027, a annoncé le directeur régional de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEEP)- branche eau-, Mohamed Boubkeri.

Ce budget sera consacré à la mise en œuvre de trois axes, à savoir le renforcement, la diversification et la sécurisation de la production, la bonne gestion et la valorisation de l’eau potable, ainsi que l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable du milieu rural, a expliqué M. Boubekri lors d’une réunion d’information tenue mardi à Laâyoune sur ce programme prioritaire national, dont la convention-cadre a été signée récemment devant SM le Roi Mohammed VI.

Le premier axe concerne la réalisation d’une nouvelle station de dessalement de l’eau de mer à Laâyoune et Tarfaya, une station de désalinisation à Smara ainsi que le renforcement et la sécurisation de l’approvisionnement de la production pour un coût global de 956 millions de dhs.

Le deuxième, a-t-il ajouté, porte sur la modernisation des équipements de production, à travers la réhabilitation des stations de production actuelles à Laâyoune, Boujdour, Smara, Tarfaya et Akhfennir, le renforcement et le dédoublement des canalisations d’eau potable à Laâyoune et Smara, l’amélioration du rendement du réseau de distribution de l’eau potable pour atteindre un taux de 80% en 2027, ainsi que le renforcement des équipements de stockage et de distribution de l’eau potable à Laâyoune, Smara, Boujdour, Tarfaya et la municipalité d’El Mersa, pour un budget de 404 millions de dh, a-t-il ajouté.

Quant au 3ème axe, il se décline à travers l’alimentation en eau potable de plusieurs villages de pêche, le renforcement des infrastructures de production et de distribution de l’eau potable du village de pêche Sayed Ghazi, outre la réalisation de projets d’approvisionnement en eau potable des centres ruraux de Dcheira et Boucraa.

Le wali de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Abdeslem Bekrate, qui a ouvert cette réunion, a mis l’accent sur les principaux axes de ce programme, dont l’amélioration de l’offre hydrique, notamment par la construction des barrages, la gestion de la demande et la valorisation de l’eau dans le secteur agricole, le renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural, la réutilisation des eaux usées traitées dans l’irrigation des espaces verts ainsi que la communication et la sensibilisation en vue de renforcer la conscience liée à l’importance de la préservation des ressources en eau et la rationalisation de son utilisation.

Il a ajouté que cette réunion, qui s’est tenue en présence des gouverneurs des provinces de Boujdour, Brahim Benbrahim, de Tarfaya, Mohamed Hamim, et de Smara, Hamid Naimi, a pour objectif d’améliorer le niveau de coopération et de coordination entre les différents acteurs du processus d’approvisionnement en eau potable dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

Pour M. Bekrate, le volet de la sensibilisation occupe une bonne place dans le programme prioritaire national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation pour une gestion optimale des ressources en eau et l’économie de la consommation ainsi que l’implication de la société civile pour promouvoir la sensibilisation, notamment auprès des jeunes générations, à l’importance de la préservation de l’eau.

Eu égard à l’irrégularité et la rareté des précipitations, il a appelé à davantage de vigilance et de mobilisation pour la préservation de cette richesse, soulignant que les collectivités territoriales et les services extérieurs concernés sont invités, en tant que partenaires dans l’élaboration des politiques publiques, à la programmation de projets s’inscrivant en droite ligne de la convention cadre de ce programme prioritaire national pour répondre aux besoins en eau de la population et la valorisation des ressources hydriques.

Dans un exposé, le directeur de l’Agence du bassin hydraulique (ABH) de Sakia El Hamra-Oued Eddahab, Mohamed Ghandi a fait savoir que ce programme prévoit en particulier la réalisation de 8 petits barrages, dont 4 à Boujdour, 2 à Laâyoune et 2 à Tarfaya.

La convention-cadre du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, qui mobilise des investissements de l’ordre de 115,4 milliards de dirhams, sera financé à hauteur de 60% par le Budget général de l’Etat et 39% par les acteurs concernés, particulièrement l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), le reste dans le cadre du partenariat public-privé.

Cette convention porte sur l’amélioration de l’offre hydrique notamment par la construction de barrages (61 MMDH), de la gestion de la demande et la valorisation de l’eau notamment dans le secteur agricole (25,1 MMDH), du renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural (26,9 MMDH), de la réutilisation des eaux usées traitées dans l’irrigation des espaces verts (2,3 MMDH) et de la communication et la sensibilisation en vue de renforcer la conscience liée à l’importance de la préservation des ressources en eau et la rationalisation de son utilisation (50 millions de dirhams).