Le Bénin pour un « consensus » basé sur les acquis des Tables rondes

Le Bénin s’est prononcé, lundi à New York, en faveur d’un “consensus” au sujet de la question du Sahara marocain, qui soit basé sur les acquis du processus des tables rondes.

La tenue des deux précédentes tables rondes en 2018 et 2019, avec la participation du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du polisario, constitue une “avancée certaine” dans les efforts visant à parvenir au compromis “tant souhaité”, a souligné l’ambassadeur représentant du Bénin auprès de l’ONU, Marc Hermanne Araba, devant la 4è commission de l’Assemblée générale des Nations Unies.

“Le Bénin croit profondément en la possibilité d’un règlement consensuel et durable de cette question et soutient les efforts du Secrétaire général de l’ONU” afin d’aboutir à une solution “politique réaliste, pragmatique et durable basée sur un compromis”, a indiqué l’ambassadeur, en se félicitant de la nomination de M. Staffan de Mistura en tant qu’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara.

Il a également fait observer que la réalisation de ce consensus pour le règlement du différend régional autour du Sahara marocain sera d’un “grand apport” pour la stabilité durable et l’intégration de la région du Maghreb ainsi que celle de l’Afrique.

A cet égard, M. Araba a fait savoir que son pays “se félicite de l’attachement du Maroc à la conclusion d’un cessez-le-feu durable qui favorisera la relance du processus politique de règlement de la question”.

Le diplomate béninois a, de même, estimé que “l’heureux” aboutissement des efforts reste tributaire du “plein engagement” de toutes les parties, appelant dans ce sens les “protagonistes à faire montre d’esprit de réalisme et de compromis pour trouver les solutions justes et consensuelles de règlement définitif de la question” du Sahara marocain.

Par ailleurs, l’ambassadeur béninois a salué la “pleine coopération” du Maroc avec la MINURSO qui a permis de faire face à la pandémie de la COVID-19.