Le discours royal est l’expression d’une vision stratégique pour l’avenir du Maroc durant les 5 prochaines années (chercheur)

Le discours prononcé mercredi par SM le Roi Mohammed VI à l’occasion de la fête du trône est l’expression d’une vision stratégique pour l’avenir du Maroc et son développement durant les cinq prochaines années, a indiqué le président du Centre de réflexion stratégique et de défense de la démocratie (CRSDD), Moulay Boubker Hamdani.

Pour ce chercheur, cette vision stratégique est un processus qui vise l’efficacité économique en jetant les bases d’une économie forte et compétitive et de l’équité sociale et territoriale.

La réalisation de ces objectifs, a-t-il expliqué à la MAP, exige l’amélioration du climat des affaires et la mise en place d’un nouveau pacte social pour aboutir à un développement harmonieux et équitable à même de créer davantage d’emplois, de richesses et de revenus pour les citoyens.

M. Hamdani a ajouté que la vision royale exprimée dans ce discours prône la mobilisation des ressources et l’injection des capitaux dans l’économie nationale à travers la création d’un Fonds d’investissement stratégique ayant pour mission d’encourager les activités productives et de financer et d’accompagner les grands projets d’investissements réalisés aussi bien par le secteur public que privé.

Le président du CRSDD a relevé que le discours royal reconnait aussi que le Maroc traverse un tournant concernant le lancement du processus de généralisation de la couverture sociale pour tous les Marocains à partir de janvier 2021 suivant un calendrier précis, qui commence par la généralisation de la couverture sociale obligatoire et les allocations sociales avant d’en arriver à la retraite et l’indemnisation de le perte de l’emploi.

S’agissant des chantiers de la gouvernance, de la lutte contre la corruption et de la bureaucratie, de l’aide sociale et du dialogue entre les différents partenaires sociaux, a-t-il poursuivi, le discours de SM le Roi à l’occasion de la fête du trône a mis l’accent sur la nécessité d’un rééquilibrage et d’un effort de correction des dysfonctionnements des programmes actuels de soutien social.

Pour réussir cet important chantier, a-t-il souligné, le discours royal insiste sur le ciblage des catégories sociales devant bénéficier de ces programmes en adoptant des critères rigoureux et objectifs et par le recours aux nouvelles technologies, et par le biais également du registre national des habitants et la mise en place du registre social unifié.