Le Médiateur lance une caravane d’information

Laâyoune – L’institution du Médiateur du Royaume a lancé, mercredi à Laâyoune, une caravane d’information sur la gouvernance administrative comme pilier du nouveau modèle de développement.

Introduisant la réunion de lancement de cette caravane, le Médiateur du Royaume, Mohamed Benalilou a souligné que cette initiative témoigne de l’implication de cette institution constitutionnelle dans le chantier de consécration de l’Etat de droit au Maroc comme elle marque le renforcement du contact et des liens de coopération avec tous les acteurs de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra et avec les citoyens en harmonie avec les objectifs de la régionalisation avancée.

Il a fait remarquer que cette réunion se tient dans un contexte national marqué par la poursuite du processus de réformes « avec responsabilité, audace et créativité » et le lancement des réflexions sur le nouveau modèle de développement, « un modèle que tous les Marocains doivent approprier et se mobiliser collectivement pour assurer son succès, et qui constituera une base solide pour asseoir un nouveau pacte social visant l’amélioration des conditions de vie de la population et la réduction des disparités sociales et territoriales ».

Sur le plan institutionnel, a-t-il expliqué, cette caravane s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du plan stratégique de l’institution du Médiateur du Royaume 2019/2023 qui vise à trouver des solutions adéquates aux problèmes rencontrés dans la gestion de la chose publique, à répondre aux aspirations des citoyens et à améliorer le rendement du service public.

M. Benalilou a assuré dans ce cadre que la satisfaction des attentes des citoyens et la résolution des doléances des plaignants, dans un cadre d’équité territoriale, constituent les principales préoccupations de cette institution, relevant que la défense des droits des citoyens, l’écoute de leurs plaintes, la consolidation des principes de transparence dans les administrations publiques représentent aussi le fondement du nouveau modèle de développement et de la régionalisation avancée.

L’institution de Médiateur du Royaume, en tant que l’une des institutions constitutionnelles nationales chargées de la gouvernance et de la défense des droits de l’Homme, a-t-il estimé, considère que l’un des principaux défis auxquels doit faire face le nouveau modèle de développement est l’amélioration du rendement de l’administration et le renforcement de la qualité de ses services.

Il a également assuré que le rôle de cette institution, sur les plans national et régional, n’est pas de produire des recommandations mais d’avancer des solutions dans le cadre d’une coopération avec les administrations et les établissements publics et les collectivités territoriales en vue d’augmenter le taux de satisfaction des interventions de l’institution.

M. Benalilou a en outre mis l’accent sur la volonté de cette institution de moderniser ses interventions sur les plans régional et local en étant très proche des citoyens et de ses préoccupations et en renforçant la coopération et le contact avec les administrations.

Il a informé dans ce cadre du lancement d’un vaste projet de dématérialisation pour la réception et le traitement des plaintes des citoyens, à travers la mise en place sur son portail de l' »Espace du citoyen », en tant qu’espace ouvert qui permet aux citoyens de déposer leurs plaintes « là où ils se trouvent », et l’utilisation des réseaux sociaux pour répondre et interagir avec ces doléances.

Outre des réunions avec les responsables des administrations publiques et des collectivités territoriales à Laâyoune, le Médiateur du Royaume rencontrera les représentants de la société civile pour les informer des missions de cette institution et sa contribution à la défense des droits des citoyens et à la consolidation de l’Etat de droit.

L’institution de Médiateur du Royaume est chargée en effet de promouvoir l’intermédiation entre les citoyens, individus ou groupes, et les administrations ou tout organisme disposant de prérogatives de puissance publique, et d’inciter ces dernières à respecter les règles de la primauté du droit et d’équité.