Leadership féminin et autonomisation économique, au centre du 2éme forum de Laâyoune

Laâyoune – Les travaux du 2éme forum de Laâyoune se sont ouverts, mardi, avec un accent mis sur le leadership féminin et l’autonomisation économique de cette frange de la société.

Organisé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, ce forum de trois jours (22 au 24 mars) s’assigne pour objectifs de renforcer les capacités des coopératives, développer l’esprit d’innovation et de créativité en termes de valorisation et de commercialisation de leurs produits, en particulier les coopératives agricoles, de la pêche maritime et de l’artisanat.

Initiée par le « Forum de la femme sahraouie: Développement et démocratie », cette manifestation est marquée par la participation de femmes leaders dans l’autonomisation économique dans plusieurs pays arabes, africains et des Etats-Unis d’Amérique, ainsi que des coopératives féminines de différentes régions du Royaume.

S’exprimant à cette occasion, la présidente du « Forum de la femme sahraouie: Développement et démocratie », Fatima Al-Ghaliya Al-Laili, a souligné que cet événement vise à créer un espace de débat et de concertation entre les femmes leaders qui sont devenues plus actives et contribuent à l’essor socio-économique du Royaume.

Dans cette lignée, Mme Al Lailli a mis en avant l’apport de la Constitution du Royaume de 2011 et les résultats positifs obtenus dans le cadre des réformes relatives à la condition de la femme aux niveaux juridique, politique et managérial, tout en regrettant une participation assez modeste de la gent féminine dans la vie socio-économique et politique.

De même, elle a regretté que les sociétés arabes et africaines ne reconnaissent pas pleinement aux femmes leur capacité dans la production de richesses et dans le processus de prise de décision, appelant dans ce sens à surmonter les contraintes et faire face aux obstacles, étant donné que la réussite de tout modèle de développement dépend de l’intégration effective de cette frange de la société.

Pour sa part, le secrétaire général de la wilaya de Laâyoune-Sakia El Hamra, Ibrahim Boutmilate, a noté que l’autonomisation économique des femmes nécessite des espaces de débats dédiés au renforcement des expertises, faisant savoir que cette rencontre est de nature à permettre à la gent féminine de communiquer et d’échanger leurs expériences et expertises, dans l’optique d’atteindre l’autonomisation socio-économique.

A cette occasion, M. Boutmilate a fait savoir que l’économie sociale et solidaire est considérée comme étant le domaine le plus privilégié des femmes, qui est de nature à leur ouvrir des perspectives prometteuses et à leur permettre d’améliorer leurs conditions socio-économiques.

Pour sa part, la secrétaire générale du Département de la pêche maritime au ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Zakia Driouich, a souligné que l’autonomisation économique des femmes puise sa force des dispositions constitutionnelles qui ont accordé une grande importance à l’autonomisation économique, sociale et politique des femmes.

Par ailleurs, Mme Driouch s’est félicitée de l’implication du département de la pêche maritime dans tous les projets susceptibles de soutenir les femmes œuvrant dans ce secteur, en faisant part de la détermination de celles-ci à s’associer à tous les efforts de développement entrepris à l’échelle régionale.

La femme marocaine a démontré, à travers son implication dans le domaine de la pêche maritime et de l’aquaculture, ses compétences et ses aptitudes, que ce soient au niveau local, régional ou international, à travers la création de coopératives féminines dans le domaine maritime, a-t-elle affirmé.

Lors de ce forum, une série de thématiques seront débattues, dont « l’appropriation des expertises et des modes de commercialisation des produits de coopératives », « le conseil agricole, un levier de développement des coopératives agricoles féminines », « la valorisation du patrimoine culturel immatériel hassani » et « le développement des capacités des coopératives féminines.