L’INDH voit grand pour les jeunes de Tarfaya

Tarfaya – Si l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a fait le pari d’une intégration économique réussie et efficace, c’est bien là une illustration de l’action volontariste mise en œuvre pour offrir aux jeunes en situation précaire plus de chances d’accès à l’emploi et d’ascension sociale.

Partout dans le Royaume, les projets de l’INDH destinés à la jeunesse ont su assembler toutes les pièces du puzzle pour devenir la clef de voûte d’un véritable développement durable là où cela manquait cruellement.

A Tarfaya, ces projets ont vu, au fil des années, leur nombre augmenter et leur performance développer à la faveur d’une stratégie bien définie visant à améliorer les compétences et capacités des jeunes, à favoriser la création de chaînes de valeur ajoutée et à consacrer la bonne gouvernance.

Concrètement, l’INDH prend à bras le corps la pérennité des petites et très petites entreprises, car c’est une mine d’opportunités d’emplois pour les jeunes de cette province, ce qui implique un pré et post suivi des projets, avec une tendance à alléger les démarches administratives.

Et les chiffres parlent d’eux-mêmes: des projets d’un investissement global de plus de 25 millions de dirhams (MDH) ont été réalisés à Tarfaya au titre de 2019-2020.

Selon le chef de la Division de l’action sociale (DAS) de cette province, Hassana Talbi, la contribution de l’INDH au financement de ces projets avoisine les 16% pour donner un coup d’accélérateur à l’économie sociale et solidaire, en plus de deux autres programmes sociaux visant la promotion de l’auto-emploi et le renforcement des capacités du tissu associatif, à savoir « Tarfaya Moubadara » et « Irtikae » pour la qualification des associations.

Etalés sur trois ans, ces projets qui visent à soutenir l’auto-emploi s’inscrivent dans le cadre du programme de l’économie sociale et solidaire d’un montant de 13 MDH, faisant l’objet d’une convention de partenariat entre l’INDH et l’agence du Sud, a-t-il déclaré à la MAP.

S’agissant des projets du programme « Irtikae » pour la qualification des associations, d’une durée de 2 ans, une enveloppe budgétaire globale de 1,2 MDH a été allouée, dans le cadre d’une convention de partenariat entre l’INDH, le ministère de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille et l’Agence de développement social (ADS).

D’après M. Talbi, une enveloppe budgétaire de 6,3 MDH a été également consacrée à la réalisation des projets du programme « Tarfaya Moubadara », pour une durée de 3 ans, dans le cadre d’une convention de partenariat entre l’INDH, l’agence du Sud, la Fondation Phosboucraa et l’ADS.

Quant au programme d’auto-emploi, étalé sur une année, une enveloppe globale de 1,75 MDH a été accordée, dans le cadre d’une convention de partenariat entre la Fondation Mohammed V pour la solidarité et le Comité provincial de développement humain (CPDH), dont l’INDH assurera le suivi des projets de ce programme.

Outre ces accords, il a été procédé à la mise en œuvre du programme relatif à l’amélioration des revenus et à l’intégration économique des jeunes, avec une enveloppe budgétaire estimée à 1,7 MDH au titre de l’année 2019.

Pour sa part, Abderrahman Chiba, coordinateur du programme « Tarfaya Moubadara », a noté que cette initiative a pour objectif d’octroyer des prêts d’honneur et de financer des petits et très petits projets.

Il a souligné que la plateforme jeunesse travaille avec des partenaires représentant la province de Tarfaya, l’INDH, l’Agence Sud, la Fondation Phosboucraa et l’Agence de développement social, pour financer des projets de jeunesse et mettre leur business sur la voie du succès.

Les évaluations faites à présent montrent que l’INDH et ses divers programmes ont su donner une place centrale aux populations défavorisées aux structures qu’elles mettent elles-mêmes en place pour améliorer de manière substantielle les indicateurs de pauvreté, de précarité ou d’exclusion sociale dans leur province.