L’ouverture de consulats généraux au Sahara marocain, fruit de la sage politique africaine de SM le Roi (M. Bourita)

Laâyoune – La poursuite de l’ouverture de consulats généraux de pays amis et frères à Laâyoune et à Dakhla est le fruit de la sage politique africaine de SM le Roi Mohammed VI, a affirmé mardi le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

« La diplomatie marocaine récolte les fruits de la politique africaine de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, » a souligné M. Bourita lors d’un point de presse conjoint avec la ministre eswatinienne des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Thulisile Dladla, et le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères de la Zambie, Chalwe Lombe, à l’issue de l’inauguration des consulats généraux de ces deux pays à Laâyoune.

M. Bourita a relevé qu’au cours de ces vingt dernières années, cette politique royale a toujours misé sur l’initiative, la solidarité et l’obligation de passer de la parole à l’action, outre l’établissement de « partenariats fructueux qui profitent à tous ».

Cette vision royale a fait du Maroc « un partenaire crédible, avec une présence de poids au sein de l’Union africaine et des institutions africaines dans leur ensemble », s’est-il réjoui. Aujourd’hui, « nos partenariats ne se limitent plus au voisinage du Royaume », mais ils s’étendent plutôt aux pays de l’extrême sud du continent et reposent sur les mêmes principes de coopération, de crédibilité et d’amitié, a ajouté le ministre, notant que de nombreux États considèrent le Maroc comme « un partenaire fiable ».

A ce jour, 15 pays représentant les diverses régions d’Afrique (Ouest, Est, Centre et australe) ont ouvert des consulats généraux à Laâyoune et Dakhla, a précisé M. Bourita, faisant savoir que cet élan se poursuivra davantage.

M. Bourita a aussi relevé que l’inauguration des antennes consulaires d’Eswatini et de la Zambie s’inscrit dans le cadre de cette politique africaine du Souverain et de son ouverture sur la région d’Afrique australe, rappelant, à cet égard, la visite effectuée en février 2017 par SM le Roi en République de Zambie, qui a marqué un « tournant décisif » dans les relations historiques bilatérales.

Il a expliqué que cette dynamique « va dans le sens d’un soutien accru à la marocanité du Sahara, une réalité qui n’est ni négociable ni discutable », soulignant que le Sahara est marocain « par le droit, par l’Histoire, par la volonté de sa population et par le soutien grandissant de la communauté internationale et les amis du Maroc ».

Les fausses allégations et les gesticulations des autres parties ne changeront pas cette réalité, a insisté le ministre, faisant remarquer que la population locale jouit de l’impact tangible du processus de développement soutenu que connaît le Sahara marocain.

Les habitants de la région gèrent leurs propres affaires de manière démocratique, ce qui renforce la légitimité et la justesse de la question de l’intégrité territoriale du Royaume, a indiqué M. Bourita, relevant que les Nations Unies reconnaissent aux élus des provinces du Sud leur rôle d’interlocuteurs légitimes et de représentants de la population.

Il a rappelé que la République de Zambie et le Royaume d’Eswatini ont bénéficié de l’aide médicale apportée par le Maroc, sur Instructions de SM le Roi, en vue d’aider un nombre de pays africains dans la lutte contre la Covid-19, mettant en avant l’importance de ce « geste royal de solidarité » dans le renforcement de la coopération africaine.