L’ouverture d’un consulat ivoirien va dans le sens de l’histoire

Laâyoune- L’ouverture d’un consulat général à Laâyoune est un acte qui « va dans le sens de l’histoire » et s’inscrit dans la continuité de la position constante de la Côte d’Ivoire sur la marocanité du Sahara, a affirmé mardi son ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, Ally Coulibaly.

La décision d’ouvrir une représentation diplomatique dans les provinces du Sud du Royaume « s’inscrit dans le cadre de la politique audacieuse et pragmatique que nous avons toujours défendue, partout dans les cénacles internationaux, à savoir la marocanité du Sahara. Ainsi, nous pensons aller dans le sens de l’histoire », a indiqué le ministre ivoirien lors d’un point de presse conjoint avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

« Par ricochet, il va sans dire que la Côte d’Ivoire soutient le plan d’autonomie proposé par le Maroc, plan qu’elle trouve sérieux et crédible », a-t-il dit.

Il a fait remarquer que l’inauguration de cette représentation diplomatique à Laâyoune, « la ville la plus importante du Sahara marocain », à la porte de l’Afrique, « c’est incontestablement une nouvelle pierre blanche dans les relations exceptionnelles qu’entretiennent depuis plusieurs décennies deux pays frères qui s’apprécient et se respectent », précisant que cet acte traduit le caractère « exemplaire et privilégié » des liens entre les deux pays.

Pour le ministre ivoirien, cette décision est « la preuve de l’indéfectible amitié » du peuple ivoirien à l’endroit du peuple marocain et du « sentiment d’affection personnelle qu’il porte à Sa Majesté le Roi Mohammed VI ».

Cette cérémonie « magnifie » la coopération bilatérale entre les deux pays « hissée à un niveau jamais atteint par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son Excellence le Président Alassane Ouattara », a-t-il dit soulignant que grâce à la vision et au leadership des deux chefs d’Etat, « l’axe Rabat-Yamoussoukro est devenu un modèle de coopération Sud-Sud au grand bénéficie de nos opérateurs économiques et de nos peuples respectifs ».

« Quoi donc de plus normal que d’associer Laâyoune et le consulat général qu’elle va abriter à cette dynamique pour être à la dimension des relations multiformes qu’entretiennent depuis plus d’un demi-siècle nos deux pays », a-t-il déclaré.

Après avoir salué la décision du Maroc d’octroyer 30 bourses supplémentaires aux étudiants ivoiriens pour suivre leur formation à Laâyoune, le ministre a relevé que ce consulat va assurer une « plus grande représentativité » de la Côte d’Ivoire dans les trois régions du Sud marocain, à savoir Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla Oued Eddahab.

En prenant une telle décision, a-t-il expliqué, la « noble » ambition du gouvernement ivoirien est de rapprocher davantage l’administration consulaire des ressortissants ivoiriens vivant dans ces trois régions et de renforcer leur protection consulaire.

M. Coulibaly a fait observer que l’initiative prise par la Côte d’Ivoire d’ouvrir un consulat dans les provinces du Sahara marocain « lui permet d’adapter ses approches aux évolutions de l’environnement économique et financier du Maroc »