Remise d’équipements pour des AGR à des ex-détenus

La Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus a procédé, mercredi au Palais des congrès à Laâyoune, à la distribution d’un important lot de divers équipements et matériels au profit d’ex-détenus, en vue de leur permettre de créer leurs propres Activités génératrices de revenus (AGR).

Cette initiative, qui a mobilisé un montant global de 307.677 dirhams, profite à 10 ex-détenus, dont 2 femmes, parmi les porteurs de projets de réinsertion dans plusieurs domaines d’activités.

La cérémonie de remise de ces équipements s’est déroulée dans le respect strict de toutes les mesures de précaution sanitaires prises au niveau national pour éviter la propagation du nouveau coronavirus, en présence notamment du wali de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Abdeslam Bekrate.

Selon les responsables de la Fondation, cette opération rentre dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’appui aux microprojets et à l’auto-emploi au profit des ex-pensionnaires des établissements pénitentiaires au titre de l’exercice 2019, lancé par SM le Roi Mohammed VI, le 27 mai 2019 à Casablanca.

Elle intervient en application de la convention de partenariat conclue entre la Fondation et la province de Laâyoune, dans le cadre de la concrétisation du programme de lutte contre la précarité de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

L’opération s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie intégrée de réinsertion socio-professionnelle des ex-détenus, menée par la Fondation Mohammed VI sous la présidence effective de SM le Roi.

Le programme d’appui aux micro-projets des ex-pensionnaires des établissements pénitentiaires se réfère au projet de vie élaboré par les Centres d’accompagnement et de réinsertion relevant de la Fondation Mohammed VI, avec le concours des bénéficiaires et en partenariat avec les institutions et départements concernés.

Ces projets sont en adéquation avec la nature de la formation et le savoir-faire des bénéficiaires d’une part, ainsi qu’avec les besoins du marché du travail et l’écosystème socio-économique de la région d’autre part.