Une délégation espagnole s’informe des atouts culturels de la province d’Es-Semara

Es-Semara – Une délégation espagnole, actuellement en visite à la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, s’est informée, vendredi, du patrimoine historique et archéologique et des différents atouts économiques, naturels et culturels dont regorge la province d’Es-Semara.

Dans ce cadre, les membres de la délégation ont visité le site des gravures rupestres Laghchiouate situé dans la commune d’Amgala (à environ 120 km d’Es-Semara), qui figure parmi les 34 sites des gravures rupestres dans la province, où ils se sont informés de la richesse et de la diversité du ce patrimoine culturel et naturel qui s’étend sur 40 km2.

La délégation a également visité la station d’acclimatation de la faune saharienne de Laghchiouate, qui s’inscrit dans le cadre du projet de conservation et de valorisation de la diversité biologique, notamment l’acclimatation et le développement de l’effectif des Addax, dans leur nouveau foyer, avant de les réintroduire à moyen terme dans leur milieu naturel.

Conduite par le Consul Général du Royaume du Maroc à Murcie, Mohamed Biadillah, cette délégation est composée de l’historien et professeur à l’Université de Murcie, Antonio Vicente Fray Sánchez, du photographe et graphiste, Gonzalo Sánchez Alvarez Castellanos et du journaliste à la radio de Murcie, Paulino Ross.

Lors d’une rencontre avec le gouverneur de la province d’Es-Semara, Hamid Naimi, l’accent a été mis sur l’importance de la visite de cette délégation espagnole à la province d’Es-Semara, qui regroupe des professeurs, des historiens, des sociologues, des journalistes et des archéologues, ayant pour finalité de s’informer de prés des atouts naturels et culturels dont regorge la province.

Les membres de la délégation ont également visité le site archéologique et historique de Dar Haouza qui est en cours de restauration et d’aménagement. Ce chantier de grande importance patrimoniale et culturelle vise à protéger les sites archéologiques situés dans cette zone, en plus de la construction d’une salle d’exposition et s’inscrit dans le cadre de la stratégie du ministère de tutelle portant sur la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel du Royaume.

La délégation espagnole s’est rendue aussi au complexe de l’artisanat à Es-Semara, pour découvrir des produits artisanaux locaux, qui constituent l’un des principaux affluents du développement dans la province.

A noter qu’une convention de partenariat sera signée entre l’Association  »Interaction » à Murcie, le Centre Sakia El Hamra des études et des recherches à Laâyoune, l’Association « Mirane » pour la protection du patrimoine à Es-Smara et l’Association « Hadaya Samae » des météorites dans la même ville, en vue d’identifier et mener des recherches au niveau des sites archéologiques et naturels dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

A cette occasion, le professeur universitaire, Gonzalo Sanchez Alvarez Castellanos, animera une conférence à la faculté pluridisciplinaire d’Es-Semara et présentera son ouvrage intitulé « Gravures rupestres au Sud du Maroc », publié en Espagne en février dernier.